De l’attentat du 26 juillet

image_pdfimage_print

La France à nouveau frappée par le terro­risme islamiste barbare….

Après le Bataclan (130 morts et 230 blessés) le 13 novembre 2015, Nice (84 morts et 300 blessés) le 14 juillet 2016, le Père Jacques Hamel 85 ans a été égorgé mardi 26 juillet matin lors d’une prise d’otages dans son église de Saint-Étienne-du-Rouvray, près de Rouen, alors qu’il célébrait la messe. Un autre otage a été grièvement blessé.

Comme à Paris et à Nice, cet odieux et ignoble attentat a été reven­diqué par l’organisation État islamique (EI) et perpétré par deux djiha­distes dont l’un avait été mis en examen pour association de malfai­teurs en lien avec une entre­prise terro­riste et placé en détention provi­soire, avant d’être libéré sous bracelet électro­nique.

Alors qu’après la tuerie les terro­ristes tentaient de sortir de l’Église, les policiers de la Brigade de Recherche et d’Intervention (BRI) de Rouen et de la Brigade anti-criminalité (BAC) locale les ont abattus. Nous les félicitons pour leur courage et leur efficacité.

Ce nouvel attentat suscite la conster­nation, la colère et l’indignation. Homme bon, simple, doux, profon­dément humain, le Père Hamel, apprécié par tous, a payé de sa vie son engagement total.

Manifestement les terro­ristes islamistes s’en prennent à la fois à la France laïque et à la France catho­lique. Il devenait hélas logique que, tôt ou tard, un prêtre en fût la victime. Après la tentative manquée à Villejuif (Val-de-Marne) en 2015, malheu­reu­sement l’attentat, près de Rouen, a réussi.

Ce nouvel attentat ne peut que radica­liser l’opinion publique déjà profon­dément choquée et désta­bi­lisée par le carnage de Nice.

Il convient que les pouvoirs publics prennent la mesure de la guerre qui se déroule sur notre sol et assurent de manière impérative la sécurité légitime des Français.

Les paroles, les engage­ments ne suffisent plus. Seules des actions concrètes et fortes peuvent restaurer la confiance des citoyens et abattre le terro­risme islamiste. Le code pénal actuel adapté au temps de paix ne convient plus quand le pays est en guerre. Il faut donc le modifier très vite. D’autres mesures, compa­tibles avec l’état de droit, peuvent et doivent être prises rapidement.

Aujourd’hui la France menacée et frappée dans sa chair doit réagir vite pour éradiquer le fléau du terro­risme islamiste et éliminer les tueurs poten­tiels aux ordres de L’État islamique.

Puisque la France est en guerre, il faut désigner clairement l’ennemi et le vaincre. Tous les moyens humains et matériels doivent être déployés pour y parvenir.

Que tous les Patriotes du CCP soient vigilants et prêts à défendre notre pays en péril mortel.

Face au terro­risme aveugle, nous devons résister et nous défendre. Soyons prêts !

Christian PIQUEMAL,
Président du CCP

Version PDF

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

7 thoughts on “De l’attentat du 26 juillet”

  1. Bonsoir, je ne suis pas militaire mais un simple agriculteur en Normandie. J’ai pu connaître votre site en navigant sur le net notamment suite à l’arrestation du Général Piquemal.
    Nous ne sommes reliés à aucun réseau politique, mais nous vous soutenons dans votre combat.
    Mais que pouvons faire contre l’oligarchie européenne ? Rien Il suffit de voir comment ils sont réussis à matter toute forme de contes­tation dans les rangs paysans.
    Notre seul recours pour que la France retrouve sa place, à mon sens, est que des Généraux se décident à prendre les choses en main.
    Un prochain adhérent des Patriotes.

  2. Volontaires pour la France”

    Je voudrais ici envoyer un message a ceux qui seraient tentés de rallier les “volon­taires pour la France”, organi­sation mise en place par le “général’ A. Martinez.

    Des sites comme Résistance républicaine/riposte laïque, etc„ on fait la publicité de ce mouvement et semblent impliqués dans le recru­tement.

    J’ai testé une inscription sur leur site très peu fiable (wix​.com) et amateur.
    Une semaine après, j’ai reçu un émail émanant d’une adresse générique (anonyme) signée par une personne qui ne donne que son prénom (bien sur) qui est apparemment un pseudo.

    Cette personne demande dans cet email que je donne mon adresse postale ou au moins la ville dans laquelle je vis.

    Venant de la part de quelqu’un utilisant une adresse anonyme et un pseudo, je trouve cela plus que bizarre.

    J’ai donc poliment refusé de donner cette adresse et ai demandé un numéro de contact éventuel pour contacter cette personne.

    Je n’ai jamais reçu de réponse, c’était il y a plus de 10 jours.

    Attention a tous ceux qui sont tentés, cela ressemble a un scam, voire pire en ces temps de dictature socia­liste…

    Ils veulent tout savoir de vous et qui ne donnent même pas leur vrai nom , plus que louche. Leur page facebook n’a que 1290 likes, preuve de leur succès plus que modéré. Vu la méthode, rien d’étonnant !

    1. Bonjour,
      Je fais suivre votre courrier au fondateur des VPF, qui en est toujours à ma connais­sance l’un des prési­dents (et qui n’est pas le Général MARTINEZ)…
      Avec mes cordiales saluta­tions,

      1. Bonjour Pascal,

        Merci, n’hésitez pas a nous informer de leur reaction..

        Oui, comme tout le monde, je n’attends que le moment ou on devra mettre les pieds dans l grand bain !

        Non, comme tant d’autres, je n’ai pas besoin d’un nouveau parti !

  3. Nous sommes des millions à être prêts à défendre et libérer notre patrie. Mais il manque encore la goutte de trop qui fera déborder le vase. On y est presque. Et ce jour venu, il faudra qu’un chef militaire crédible ou un comité militaire de salut national se déclare rapidement afin de coordonner les efforts et diriger les opéra­tions. Il faut vraiment être prêt, oui. Nous attendons…

  4. Gouverner c’est prévoir, il y a longtemps que nous ne sommes plus dans ce schéma, défendons notre patrie et notre culture par tous les moyens en notre possession.
    Un adhérent du CCP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *