Rassemblement patriotique du 18 mars 2017

*

Le Cercle de "Citoyens-Patriotes"
et son président, le Général Christian PIQUEMAL,

vous prient de bien vouloir leur faire l'honneur de votre présence
au rassemblement patriotique qu'ils organisent à Saint-Amand-Montrond

le 18 mars 2017 à 17 heures 30

Tous les patriotes sont les bienvenus

Conférence-débat sur le thème

"La France va mal, sauvons-là !"

Rendez-vous  Salle Aurore
Avenue Pelletier Audebard
Complexe de la Cité de l'Or
18200 - Saint-Amand-Montrond

Tenue correcte exigée

Lien vers l'évènement correspondant FaceBook

*




Nous déposons plainte !

 


Bonjour à toutes et à tous,

En vertu des points non négociables extraits de la charte du Cercle de "Citoyens-Patriotes", association déclarée, et repris ci-après :

  • S'opposer à la repentance et à la contrition, encourager la reconquête de la fierté nationale et inciter à la dignité.
  • Constituer un groupe de pression sans concession sur le respect des lois, le maintien de notre identité, sur les atteintes à l’image de la France, la sécurité, la lutte contre la délinquance, toutes les formes inadmissibles de violences.

... nous avons décidé de déposer plainte pour "incitation ou provocation publique à la haine", délit prévu par l'article 24 de La Loi du 29 juillet 1881 (modifiée), sur la liberté de la presse, à l'encontre de Monsieur Emmanuel MACRON, candidat aux élections présidentielles, qui a déclaré le 15 février 2017, en Algérie, dans un entretien diffusé par la chaine algérienne Echourouk News, que "la colonisation fait partie de l'histoire française... c'est un crime, un crime contre l'humanité. C'est une vraie barbarie", niant ainsi toute vérité historique quant aux bienfaits apportés par la France (qui a fondé l'Algérie et libéré ses habitants de l'esclavage), attisant la haine et le ressentiment des opposants de cette "Algérie française" envers le peuple français, et rendant ce dernier susceptible d'être poursuivi par la Cour Pénale Internationale...

Déclaration de Monsieur MACRON

Nous invitons chaque Français, à en faire de même.

Le motif de la plainte est celui retenu par les conseillers juridiques du Cercle ; quelques éléments et références, volontairement vulgarisés pour être accessibles aux non spécialistes du Droit, sont exposés en page 2 de

Plainte contre E. MACRON

Cette procédure est gratuite et consultable ici :

Comment déposer plainte

... et les points les plus importants sont ci-après repris et précisés :

  • Le dépôt de plainte peut se faire en se présentant physiquement dans un commissariat de police, une brigade de gendarmerie ou directement, par lettre (recommandée de préférence) auprès du procureur,
  • Bien que la réception de la plainte ne puisse pas vous être refusée, les commissariats et gendarmeries vont probablement recevoir des consignes (si ce n'est déjà fait) pour vous dissuader de la déposer ; nous vous conseillons donc de saisir directement le Procureur de la République,
  • Munissez-vous, si vous vous présentez physiquement, de la version imprimée de ces éléments de Droit, ou déposez ce document sur une clef USB, et n'oubliez pas de demander un récépissé de votre dépôt de plainte,
  • La plainte directe auprès du Procureur de la République est envoyée au Tribunal de Grande Instance ; son adresse est très facile à trouver. Ici, nous avons entré, dans un moteur de recherche "adresse du tribunal de grande instance du Var" qui est le département du siège social du Cercle, ce qui donne  Recherche adresse TGI ou utilisez l'annuaire de Service-Public.fr ; exemple de résultat : adresse du TGI du Var
  • Toute personne (même mineure) victime d'une infraction peut porter plainte.

Vous trouverez ici le texte de la plainte que nous allons déposer auprès du Procureur de la République du Var, conforme au modèle proposé par le site officiel de l'administration française

Version PDF     -     Version Word

Nous vous le disons franchement, cette plainte n'a que peu de chance d'être prise en compte, alors que nous constatons que la Justice qui est actuellement la nôtre, fonctionne à trois vitesses :

  • une justice pour les puissants,
  • celle pour la chienlit et la racaille,
  • la dernière pour le citoyen "sans dent"...

Il s'agit donc plus, selon nous, de faire le "buzz", de faire en sorte "qu'on en parle", pour définitivement ôter toute chance à ce candidat, qui porte atteinte à l'Honneur de la France et donc à celui de son Peuple, d'être élu à la magistrature suprême.

Nous soutenons aussi le Cercle Algérianiste dans la plainte au pénal qu'il est en train de faire déposer par Maitre GOLDNADEL, et nous participerons financièrement aux frais des procès si cela est nécessaire.

Vous pouvez nous adresser une copie de votre plainte aux fins de publication sur ce blog et sur les réseaux sociaux à cette adresse :

pascal.penot@cercle-citoyens-patriotes.fr

Sur votre demande explicite, nous nous engageons à en rendre illisible votre identité, votre adresse, et l'identité du gendarme ou policier ayant recueilli la plainte.

A vos stylographes ou claviers... pour que Vive la France !

GALLIA PATRIA NOSTRA !

*

Version PDF




Plainte contre E. MACRON

 



Communiqué du 22 février 2017.

 

Objet : Plainte contre Emmanuel Macron.

Samedi 18 février, une lettre ouverte à Emmanuel Macron, candidat à la Présidence de la République, a été distribuée à Toulon lors du meeting et diffusée ensuite sur les réseaux aux Français.

Dans sa conclusion, elle appelait chaque Français à porter plainte contre Emmanuel Macron pour injure publique à la France et aux Français.

Cette qualification pénale, hélas ne peut être retenue par le code pénal. Cette raison explique que certains d'entre vous lors du dépôt de plainte ont été déboutés. Je le regrette vraiment et les remercie d'avoir fait la démarche.

Après cet échec, nous avons entrepris de nouvelles recherches dans le droit constitutionnel afin de trouver une qualification pénale appropriée au dépôt de plainte.

La Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, modifiée par la loi Pleven de 1972 et consolidée au 28 juin 2012 répond à la question (Voir les renvois 1 et 2) par son article 24.

Aussi, il est possible de porter plainte pour incitation ou provocation publique à la haine en s'appuyant sur l'article 24 de la loi précitée.

Je demande donc, à tous les destinataires de ce courrier et à tous les Français, de porter plainte contre Emmanuel Macron pour incitation ou provocation publique à la haine à l'égard de la nation française en application de l'Article 24 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse.

Christian PIQUEMAL
Président du Cercle de "Citoyens Patriotes"

*

Comment déposer plainte - modèle...

Version PDF pour diffusion

Éléments de Droit

1/ En droit français, l'incitation à la haine par des propos ou des écrits tenus en public est une infraction pénale depuis 1972[1]. Auparavant, seul l'appel à commettre des délits ou des crimes était réprimée, plus ou moins gravement selon la gravité des crimes et que cette incitation était suivie d'effet.

Le 7 juin 1972, le garde des Sceaux René Pleven présente son projet de loi aux parlementaires. L'idée vient du député socialiste René Chazelle[2]. Pleven annonce fièrement : « Avec ce texte, la France sera, à ma connaissance, le premier pays du monde à avoir une définition aussi extensive de la discrimination dans ses lois pénales »[2]. Les débats sont limités et « nul ne vient contester l'opportunité du projet ». La loi est rapidement votée à l'unanimité des députés[3].

Le délit de provocation publique à la haine raciale institué par l'article 1er de la loi de 1972 a été inséré à article 24 alinéa 5 de la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881[4]. La provocation peut être indirecte et, élément nouveau, ne nécessite pas d'être effectivement suivie d'effet pour être punissable.

La provocation publique à la haine est définie comme visant certaines personnes ou groupes de personnes « à raison de leur origine ou leur appartenance ou non appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ». De cette manière, les personnes désignées sont protégées contre la diffamation et contre l'injure, privilège qui n'était accordé jusque là qu'aux corps constitués, armée, président[2]. Les peines encourues sont plus sévères que pour la diffamation ordinaire[2]...

2/ CHAPITRE IV : DES CRIMES ET DELITS COMMIS PAR LA VOIE DE LA PRESSE OU PAR TOUT AUTRE MOYEN DE PUBLICATION

    • Paragraphe 1er : Provocation aux crimes et délits.

Article 23 En savoir plus sur cet article...

Seront punis comme complices d'une action qualifiée crime ou délit ceux qui, soit par des discours, cris ou menaces proférés dans des lieux ou réunions publics, soit par des écrits, imprimés, dessins, gravures, peintures, emblèmes, images ou tout autre support de l'écrit, de la parole ou de l'image vendus ou distribués, mis en vente ou exposés dans des lieux ou réunions publics, soit par des placards ou des affiches exposés au regard du public, soit par tout moyen de communication au public par voie électronique, auront directement provoqué l'auteur ou les auteurs à commettre ladite action, si la provocation a été suivie d'effet.

Cette disposition sera également applicable lorsque la provocation n'aura été suivie que d'une tentative de crime prévue par l'article 2 du code pénal.

Article 24 En savoir plus sur cet article...

Seront punis de cinq ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende ceux qui, par l'un des moyens énoncés à l'article précédent, auront directement provoqué, dans le cas où cette provocation n'aurait pas été suivie d'effet, à commettre l'une des infractions suivantes :

1° Les atteintes volontaires à la vie, les atteintes volontaires à l'intégrité de la personne et les agressions sexuelles, définies par le livre II du code pénal ;

2° Les vols, les extorsions et les destructions, dégradations et détériorations volontaires dangereuses pour les personnes, définis par le livre III du code pénal.

Ceux qui, par les mêmes moyens, auront directement provoqué à l'un des crimes et délits portant atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation prévus par le titre Ier du livre IV du code pénal, seront punis des mêmes peines.

Seront punis de la même peine ceux qui, par l'un des moyens énoncés en l'article 23, auront fait l'apologie des crimes visés au premier alinéa, des crimes de guerre, des crimes contre l'humanité ou des crimes et délits de collaboration avec l'ennemi.

Seront punis des peines prévues par l'alinéa 1er ceux qui, par les mêmes moyens, auront provoqué directement aux actes de terrorisme prévus par le titre II du livre IV du code pénal, ou qui en auront fait l'apologie.

Tous cris ou chants séditieux proférés dans les lieux ou réunions publics seront punis de l'amende prévue pour les contraventions de la 5° classe.

Ceux qui, par l'un des moyens énoncés à l'article 23, auront provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, seront punis d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende ou de l'une de ces deux peines seulement.

Seront punis des peines prévues à l'alinéa précédent ceux qui, par ces mêmes moyens, auront provoqué à la haine ou à la violence à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes à raison de leur sexe, de leur orientation sexuelle ou de leur handicap ou auront provoqué, à l'égard des mêmes personnes, aux discriminations prévues par les articles 225-2 et 432-7 du code pénal.

En cas de condamnation pour l'un des faits prévus par les deux alinéas précédents, le tribunal pourra en outre ordonner :

1° Sauf lorsque la responsabilité de l'auteur de l'infraction est retenue sur le fondement de l'article 42 et du premier alinéa de l'article 43 de la présente loi ou des trois premiers alinéas de l'article 93-3 de la loi n° 82-652 du 29 juillet 1982 sur la communication audiovisuelle, la privation des droits énumérés aux 2° et 3° de l'article 131-26 du code pénal pour une durée de cinq ans au plus ;

2° L'affichage ou la diffusion de la décision prononcée dans les conditions prévues par l'article 131-35 du code pénal.

Article 24 bis En savoir plus sur cet article...

Seront punis des peines prévues par le sixième alinéa de l'article 24 ceux qui auront contesté, par un des moyens énoncés à l'article 23, l'existence d'un ou plusieurs crimes contre l'humanité tels qu'ils sont définis par l'article 6 du statut du tribunal militaire international annexé à l'accord de Londres du 8 août 1945 et qui ont été commis soit par les membres d'une organisation déclarée criminelle en application de l'article 9 dudit statut, soit par une personne reconnue coupable de tels crimes par une juridiction française ou internationale.

Le tribunal pourra en outre ordonner :

1° L'affichage ou la diffusion de la décision prononcée dans les conditions prévues par l'article 131-35 du code pénal.

Article 25 (abrogé) En savoir plus sur cet article...

 

 




Lettre ouverte à Emmanuel MACRON

 

Monsieur,

Votre prénom signifie "Dieu avec nous" ! Sans doute ne le saviez-vous pas !

Et pourtant vous avez osé à Alger prononcer cette phrase scandaleuse :

"La colonisation fait partie de l'histoire Française. C'est un crime contre l'humanité ! C'est une vraie barbarie."

Le moins qu'on puisse dire est que cette injure publique portée à la France durant votre petit déplacement clientéliste de boutiquier électoral ne fait pas de vous un ami du Peuple Français que vous avez le 15 février trainé dans la boue et traité plus bas que terre !

Il n'excusera et ne pardonnera jamais jamais cette souillure inacceptable de "crime contre l'humanité" !"

Vos propos outranciers, génocidaires sont purement et simplement intolérables car vous falsifiez ignoblement l'histoire ; de même  lorsque vous prétendez qu'il n y a pas de culture Française pour vendre votre vivre ensemble en détruisant la France ancestrale !

Visiblement ou vous êtes un illettré ou vous êtes un menteur ! Dites donc la vérité, l'entière vérité !

Parlez des crimes odieux perpétrés par les Barbaresques avant 1830 !

Parlez d'une terre chrétienne dont les chrétiens ont été "génocidés" par des gens haineux de votre espèce !

Parlez du 5 juillet 1962 à Oran! ! Allez donc vous présenter en Algérie mais de grâce oubliez la France ! Vous êtes à jamais indigne de la moindre fonction publique dans notre pays, vous qui portez outrage au Peuple Français.! Alors, en d'autres temps, oui Toulon vous aurait montré la voie du bagne pour haute trahison !

Aussi, j'appelle chaque Français digne de ce nom à porter plainte contre vous pour injure publique à la France et à son Peuple.

Christian PIQUEMAL,
Président du Cercle de Citoyens patriotes

Version PDF pour diffusion




Message aux patriotes

 

 




La France en danger. Sauvons-là !

 


Le Cercle
de "Citoyens-Patriotes"

et son Président, le Général Christian PIQUEMAL,

ont le plaisir de vous inviter à la

CONFÉRENCE-DÉBAT publique

sur le thème "La France en danger. Sauvons la !"

qui aura lieu le vendredi 10 février 2017,

à l'Hôtel WESTMINSTER, 27 Promenade des Anglais – Nice – 06000

Début de l'intervention du Général à 18 heures 00

Entrée libre et gratuite ; tenue et comportement corrects exigés

*

En regard du nombre de places disponibles, il est recommandé de s'inscrire
auprès du Secrétariat général : 07 89 63 08 32

*

Version PDF

*




Intervention du Président sur Radio-Courtoisie

Ajout du 3 février 2017 : si vous avez manqué cette intervention, vous pouvez l'écouter ici :

Radio Courtoisie - Le libre journal du 03.02.17.

ou ici

*

Bonsoir à toutes et à tous,

Ne manquez pas l'intervention du Général PIQUEMAL sur Radio-Courtoisie, vendredi 3 février 2017, de 12 heures à 13 heures 30 : débat sur le thème "Résistance civile et unité patriotique face à l'Islam radical" avec le Général MARTINEZ et Luc SOMMEYRE entre autres intervenants.

Vous pouvez écouter cette émission, en direct (la réécoute étant réservée aux abonnés), soit à partir du site de

http://www.radiocourtoisie.fr/

 

en cliquant sur le lecteur en haut à droite de la page d'accueil

soit sur les fréquences ci-après :

En modulation de fréquence

  • Ile de France : 95,6 MHz ;
  • Chartres : 104,5 MHz ;
  • Le Mans : 98,8 MHz ;
  • Le Havre : 101,1 MHz ;
  • Caen : 100,6 MHz ;
  • Cherbourg-Octeville : 87,8 MHz.

En radio numérique terrestre

  • Ile de France : 187,072 MHz en norme DAB+

Par satellite

En clair sur les bouquets satellite TNTSAT ainsi que sur CanalSat sur le canal 641.

Vous pourrez intervenir au cours de l'émission par courriel adressé à

courtoisie@radiocourtoisie.fr

et/ou par téléphone au 01 46 51 00 85.

Bonne écoute !

https://twitter.com/chpiq/status/826868434285821956

 




Rassemblement patriotique

Le Cercle de "Citoyens-Patriotes"
et son président, le Général Christian PIQUEMAL,

vous prient de bien vouloir leur faire l'honneur de votre présence
au rassemblement patriotique qu'ils organisent à Béziers

le 5 novembre 2016 à 17 heures 15

Tous les patriotes sont les bienvenus

- Prise de parole des  personnalités présentes
- Allocution de clôture par le Général PIQUEMAL

Rendez-vous au Palais des congrès

29 Avenue Saint Saëns
34500 - Béziers

Tenue correcte exigée

Lien vers l'évènement correspondant FaceBook