Bienvenue !

image_pdfimage_print

… sur ce blog…

(par Chris­tian PIQUEMAL, le 14 sep­tem­bre 2015)

 

Depuis 30 à 40 ans, la clas­se poli­ti­que diri­gean­te dans son ensem­ble, de droi­te com­me de gau­che, entraî­ne le déclin et la déca­den­ce de la Fran­ce et pro­vo­que sa des­truc­tion pro­gres­si­ve.

Elle refu­se d’écouter le peu­ple et nie les réa­li­tés d’une nation à la déri­ve qui fuit le réel, s’enferme par lâche­té dans une nou­vel­le for­me de sou­mis­sion et de tota­li­ta­ris­me. Ce com­por­te­ment pro­vo­que son dis­cré­dit et son rejet ain­si qu’une très for­te abs­ten­tion des citoyens.

Nous assis­tons à la per­te des valeurs, des repè­res, à l’abandon de l’identité natio­na­le, de l’histoire, de l’héritage, de la cultu­re, des raci­nes de la Fran­ce, à l’oubli du pas­sé et du des­tin com­mun.

Tout cela lié à une insé­cu­ri­té gran­dis­san­te, un ensei­gne­ment sco­lai­re orien­té, un chô­ma­ge mas­sif, une pau­pé­ri­sa­tion crois­san­te des citoyens, une dés­in­for­ma­tion sys­té­ma­ti­que des médias, à la pré­émi­nen­ce du poli­ti­que­ment cor­rect et de la pen­sée uni­que, à la désa­gré­ga­tion de la famil­le, socle de la socié­té, à l’affaiblissement du lien Armées Nation, etc.

Nous consta­tons une immi­gra­tion mas­si­ve de peu­ple­ment et de rem­pla­ce­ment, des aban­dons de sou­ve­rai­ne­té, une isla­mi­sa­tion ram­pan­te et pro­gres­si­ve. Par­tout le sou­ci abu­sif de la repen­tan­ce, du recul, de la contri­tion et du remords s’impose. Nous déve­lop­pons la détes­ta­tion de notre mémoi­re, nous assis­tons à la per­te de la fier­té d’être Fran­çais.

La Fran­ce des Lumiè­res, long­temps pha­re du mon­de, pour­suit inexo­ra­ble­ment son repli et son recul.

Pour­tant ce ne sont pas les cris d’alarme qui ont man­qué pour aler­ter nos diri­geants sur la mon­tée des com­mu­nau­ta­ris­mes et les ris­ques de frac­tu­re de la socié­té (gra­ves émeu­tes de 2005 qui ont embra­sé la Fran­ce, atten­tats ter­ro­ris­tes de 2012 (Merah à Tou­lou­se et Mon­tau­ban) et de Jan­vier 2015 à Paris (Char­lie heb­do et épi­ce­rie casher de Vin­cen­nes)

Aujourd’hui, face à tou­tes ces déri­ves, il convient de défen­dre nos valeurs, nos sym­bo­les (le Dra­peau, la Mar­seillai­se, notre devi­se), la lan­gue fran­çai­se, l’éducation, la laï­ci­té et de réta­blir la sécu­ri­té des conci­toyens, de com­bat­tre les com­mu­nau­ta­ris­mes, etc.

Nous devons tout fai­re pour stop­per la des­cen­te aux enfers, retrou­ver la gran­deur de la Fran­ce, dire Non à la repen­tan­ce et Oui à la recon­quê­te !

L’objectif prin­ci­pal de notre asso­cia­tion est de réunir tous les Fran­çais, quel­les que soient leurs ori­gi­nes, leurs opi­nions et leurs croyan­ces, qui aiment la Fran­ce et ont envie de pré­ser­ver sa pla­ce et son rayon­ne­ment.

Com­me en 1940, il est temps de se sou­ve­nir de l’appel du Géné­ral de Gaul­le, enco­re d’actualité aujourd’hui :

« Nous som­mes des Fran­çais de tou­tes ori­gi­nes, de tou­tes condi­tions, de tou­tes opi­nions, qui « avons déci­dé de nous unir dans la lut­te pour notre pays. »
« Cha­cun de nous est le seul à connaî­tre, dans le secret de son cœur, ce qui lui en a coû­té. « Mais c’est d’une tel­le abné­ga­tion, autant que d’une tel­le adhé­sion que nous tirons notre « for­ce. »

Nous som­mes aus­si convain­cus que du plus pro­fond de la Nation jailli­ra tou­jours une flam­me que rien, ni per­son­ne ne pour­ra jamais étein­dre.

Alors rejoignez-nous pour réus­sir la sur­vie de notre beau pays !

La Fran­ce qui s’aime vous attend !

Logo du CCP

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

25 réflexions au sujet de « Bienvenue ! »

  1. Bon­jour mon Géné­ral
    j’ai effec­tué un an de ser­vi­ce mili­tai­re au 1er RG à STRASBOURG 1977–1978
    Enga­gé dans la Gen­dar­me­rie Natio­na­le 1983–2008
    Tou­jours sur le ter­rain c’est à dire en Bri­ga­de Ter­ri­to­ria­le
    Une OPEX en tant que pré­vôt de bataillon avec 372 para­chu­tis­tes (1er RCP-17RGP-1er RHP-35 RAP) en BOSNIE
    Bien qu’âgé de 57 ans je suis prêt à ser­vir à nou­veau mon pays pour quel­ques mis­sions qu’elles soient.
    Vive la Fran­ce

  2. Bon­jour mon Géné­ral

    Issu d’une immi­gra­tion clan­des­ti­ne, mais très fran­çais et aus­si, très atta­ché à la Fran­ce et à ses valeurs. Ancien Sous Offi­cier de la Légion Etran­gè­re, ayant ser­vi:

    – 2ème REP 1972 et 1973
    – 3ème REI à Mada­gas­car avec démé­na­ge­ment sur la Guya­ne de 1973 à 1976
    – 1er REC de 1976 à 1978, avec dépla­ce­ment sur Mayot­te avec le 4ème Esca­dron (1977)
    – 13 ème DBLE de 1978 à 1980
    – 2ème REI de 1980 à 1982

    Admis en éco­le de Gen­dar­me­rie en 1983 et sor­ti par­mi les pre­miers de ma pro­mo­tion, j’ai choi­si de ser­vir au 1er GBGM à Ver­sailles Sato­ry où je suis res­té de 1984 à 1986. Au cours de ces deux années, plu­sieurs mis­sions à ris­ques, m’ont été confiées, entre autres le LIBAN.

    En 1986, comp­te tenu de la situa­tion en Nou­vel­le Calé­do­nie, aucun Sous Offi­cier auto, n’a été volon­tai­re pour rem­pla­cer le chef d’atelier du Grou­pe­ment. C’est alors qu’au vu de mon pas­sé mili­tai­re au sein de ma chè­re Légion, cet­te pla­ce m’a été pro­po­sée et offer­te. Fonc­tion rem­plie entre 1986 et 1989, avec les évé­ne­ments d’Ouvéa en pri­me. En 1989 écoeu­ré par ce que j’avais vu au cours de mon séjour, j’ai fais valoir mes droits à la retrai­te et je suis res­té sur le tér­ri­toi­re pen­dant 20 ans en tant que chef d’entreprise.
    De retour sur la métro­po­le depuis 2006, je rési­de près de Nîmes. Je suis prêt, mal­gré mon âge avan­cé, à vous sui­vre dans votre com­bat et à me bat­tre pour ce pays qui m’a tant don­né et que j’aime. C’est avec beau­coup de plai­sir et de fier­té, que je vais adhé­rer à votre mou­ve­ment et si mon expé­rien­ce vécue peut vous appor­ter une quel­con­que aide au sein du mou­ve­ment, fai­tes moi le savoir.

    Mes plus sin­cè­res res­pects mon Géné­ral

  3. J’ai lu et ana­ly­sé vos diver­ses pri­ses de posi­tion. Né fran­çais, je ne le suis plus depuis 1959 mais, ne pou­vant adhé­rer à votre mou­ve­ment pour cet­te rai­son, je tiens à vous fai­re part de ma sym­pa­thie. Ce qui ce pas­se en Fran­ce, Pays qui m’est cher, m’inquiète au plus haut point.
    Alain Arnau­diès

Les commentaires sont fermés.