A propos de Calais

image_pdfimage_print

 

Par déci­sion du minis­tre de l’Intérieur, la mani­fes­ta­tion pré­vue le 6 février à CALAIS vient d’être inter­di­te, et ce pour deux rai­sons :

  • l’organisation en serait attri­buée à PEGIDA Fran­ce (orga­ni­sa­tion jugée à droi­te de l’extrême-droite) ce qui, selon les auto­ri­tés poli­ti­ques, pré­sen­te des ris­ques impor­tants et pour­rait occa­sion­ner des trou­bles à l’ordre public,
  • l’état d’urgence jus­ti­fie­rait l’interdiction des mani­fes­ta­tions à ris­ques.

Mal­gré cet­te mesu­re arbi­trai­re et abu­si­ve, et en rai­son notam­ment du nom­bre impor­tant de par­ti­ci­pants pré­vus ain­si que des moyens maté­riels qu’ils ont enga­gés, nous main­te­nons notre par­ti­ci­pa­tion, apo­li­ti­que, qui se fera dans l’ordre, le cal­me et la dis­ci­pli­ne des « vieilles trou­pes » ;  j’y serai pré­sent phy­si­que­ment.

Il y aura dans nos rangs des per­son­nes vul­né­ra­bles (fem­mes, enfants, per­son­nes âgées et/ou han­di­ca­pées) et il n’est donc pas ques­tion, à aucun moment, de se confron­ter aux for­ces de l’ordre autre­ment qu’amicalement : des consi­gnes pré­ci­ses ont été don­nées et un per­son­nel de sécu­ri­té veille­ra à leur appli­ca­tion.

C’est donc confiant dans le futur dérou­le­ment de notre action que j’invite tous les Patrio­tes et asso­cia­tions patrio­ti­ques à se join­dre à nous.

Plus nous serons nom­breux, plus nous serons cré­di­bles et en mesu­re de fai­re pres­sion sur le pou­voir poli­ti­que afin qu’il tien­ne comp­te de la volon­té et de la sou­ve­rai­ne­té du Peu­ple.

Ser­rons les rangs, res­tons DEBOUT, afin que VIVE la Fran­ce !

 En nous, l’espoir doit sub­sis­ter ! Du plus pro­fond de notre Patrie jailli­ra tou­jours une flam­me que rien, ni per­son­ne, ne pour­ra jamais étein­dre !

GALLIA PATRIA NOSTRA !

Géné­ral de Corps d’Armée (2s) Chris­tian PIQUEMAL,
         Pré­si­dent du Cer­cle de « Citoyens-Patriotes »

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

105 réflexions au sujet de « A propos de Calais »

  1. Géné­ral Pique­mal,

    Je sou­hai­te entrer en contact et peut-être vous ren­con­trer.
    Ancien sous-marinier, j’ai 59 ans. Je suis actuel­le­ment expert fri­go­ris­te auprès des cen­tra­les nucléai­res. mes rap­ports pour­tant inter­ne à la socié­té n’ont pas plus à mes diri­geants . Non res­pect des règles minis­té­riel­les, pré­fec­to­ra­les et mesu­res sûre­té.
    Si demain un acci­dent nucléai­re se pro­duit nous savons que les pre­miers inter­ve­nant seront nos jeu­nes mili­tai­res.
    Com­ment remet­tre nos diri­geants face à leur res­pon­sa­bi­li­té?
    Je sou­hai­te­rais pou­voir échan­ger avec vous sur ce sujet sen­si­ble.

    Je vous prie de croi­re, Géné­ral, en l’assurance de ma consi­dé­ra­tion.

    Clau­de POIRIER.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *