Archives mensuelles : décembre 2016

image_pdfimage_print

Appel aux citoyens-patriotes !

Dis­cours pro­non­cé le 5 novem­bre 2016, lors du ras­sem­ble­ment patrio­ti­que, à Béziers.

 

Appel aux Citoyens Patriotes !

 

 

La Fran­ce va mal, très mal… Elle s’enfonce peu à peu et som­bre dans le déses­poir, voi­re la déses­pé­ran­ce… avant de tom­ber peut-être dans le déchi­re­ment et l’affrontement.

Notre pays est en per­di­tion !

Minée par ses divi­sions et ten­tée par le renon­ce­ment à ce qu’elle fut, la Fran­ce ne sait plus où elle va et aucun res­pon­sa­ble poli­ti­que n’est aujourd’hui capa­ble de lui indi­quer un che­min.

Depuis 30 à 40 ans, la clas­se poli­ti­que diri­gean­te dans son ensem­ble, de droi­te com­me de gau­che, entraî­ne le déclin et la déca­den­ce de la Fran­ce et pro­vo­que sa des­truc­tion pro­gres­si­ve.

Elle refu­se d’écouter le peu­ple et nie les réa­li­tés d’une nation à la déri­ve qui fuit le réel, s’enferme par lâche­té dans une nou­vel­le for­me de sou­mis­sion et de tota­li­ta­ris­me. Ce com­por­te­ment pro­vo­que son dis­cré­dit et son rejet ain­si qu’une très for­te abs­ten­tion des citoyens.

La défaillan­ce de l’État est paten­te. Tan­dis que la cri­se éco­no­mi­que et socia­le crée les condi­tions d’une fui­te en avant redou­ta­ble et que l’insécurité se répand par­tout, dans les rues de nos vil­les com­me dans nos cam­pa­gnes, le défer­le­ment migra­toi­re sur l’Europe et la Fran­ce détruit peu à peu notre cohé­sion natio­na­le.

La mena­ce isla­mi­que pèse sur notre ave­nir et la laï­ci­té, prin­ci­pe majeur de notre vie en com­mun, se lézar­de peu à peu. Les bou­le­ver­se­ments d’un mon­de en muta­tion accé­lé­rée détrui­sent les repè­res et plon­gent notre pays dans l’angoisse et le désar­roi.

Nous assis­tons à la per­te des valeurs, des repè­res, à l’abandon de l’identité natio­na­le, de l’histoire, de l’héritage, de la cultu­re, des raci­nes de la Fran­ce, à l’oubli du pas­sé et du des­tin com­mun.

Tout cela lié à une insé­cu­ri­té gran­dis­san­te, un ensei­gne­ment sco­lai­re orien­té, un chô­ma­ge mas­sif, une pau­pé­ri­sa­tion crois­san­te des citoyens, une dés­in­for­ma­tion sys­té­ma­ti­que des médias, à la pré­émi­nen­ce du poli­ti­que­ment cor­rect et de la pen­sée uni­que, à la désa­gré­ga­tion de la famil­le, socle de la socié­té, à l’affaiblissement du lien Armées Nation.

Nous consta­tons une immi­gra­tion mas­si­ve de peu­ple­ment et de rem­pla­ce­ment, des aban­dons de sou­ve­rai­ne­té, une isla­mi­sa­tion ram­pan­te et pro­gres­si­ve.

L’arrivée récen­te et mas­si­ve des migrants de Libye, Syrie, Irak, Sou­dan, Éthio­pie, Éry­thrée, en Euro­pe sur laquel­le les Occi­den­taux et la Fran­ce por­tent une véri­ta­ble res­pon­sa­bi­li­té, va pro­vo­quer une for­te aug­men­ta­tion de la radi­ca­li­sa­tion isla­mis­te et du com­mu­nau­ta­ris­me.

Cet­te catas­tro­phe sans pré­cé­dent dans l’histoire, pour­tant par­ti­cu­liè­re­ment mou­ve­men­tée, de la Fran­ce se déve­lop­pe au nom du vivre ensem­ble, du com­mu­nau­ta­ris­me, du mul­ti­cul­tu­ra­lis­me. Mais une majo­ri­té de sui­ci­dai­res et d’inconscients refu­se de l’avouer et de l’admettre.

Il est pour­tant clair que c’est le résul­tat direct du tsu­na­mi migra­toi­re qui défer­le sur notre mal­heu­reu­se patrie.

Il en résul­te le rem­pla­ce­ment pro­gres­sif et irré­mé­dia­ble de la popu­la­tion de sou­che de notre pays en voie de « liba­ni­sa­tion ». Ce véri­ta­ble sui­ci­de col­lec­tif pro­vo­que­ra l’éclatement de notre nation, sui­vi d’une guer­re « com­mu­nau­tai­re », com­me cel­le qui détruit la Syrie aujourd’hui.

Au début de ce phé­no­mè­ne mor­ti­fè­re, notre « bon peu­ple » anes­thé­sié, ani­mé de bien-pensance répé­tait à l’envi : « ils » sont bien gen­tils, « ils » ne nous gênent pas, il faut bien les accueillir, « ils » n’ont rien chez eux…

Cela fut d’ailleurs vrai tant qu’«ils » n’étaient qu’une peti­te mino­ri­té, pai­si­ble et dési­reu­se de s’intégrer. Main­te­nant, la situa­tion a dra­ma­ti­que­ment évo­lué : « ils » sont chez eux chez nous ! oui chez eux !

Cer­tains d’entre eux, kalach­ni­kov au poing et bar­be en bataille, nous ter­ro­ri­sent. « Ils » sont en train de détrui­re notre iden­ti­té, notre civi­li­sa­tion et notre cultu­re et veu­lent nous impo­ser les leurs.

Agglu­ti­nés dans des zones ou des « jun­gles » de « non-droit » qui s’étendent cha­que jour, « ils » y font la loi !

Notre « gou­ver­ne­ment » y fait lamen­ta­ble­ment face par des incan­ta­tions, aveu de son impuis­san­ce : sur­tout pas d’amalgame, tolé­ran­ce, le vivre ensem­ble et aus­si hélas appel à « l’identité heu­reu­se », prô­née par « Ali de Bor­deaux », qui sera très pro­ba­ble­ment « notre » pro­chain pré­si­dent !

Par­tout le sou­ci abu­sif de la repen­tan­ce, du recul, de la contri­tion et du remords s’impose. Nous déve­lop­pons la détes­ta­tion de notre mémoi­re, nous assis­tons à la per­te de la fier­té d’être Fran­çais.

La Fran­ce des Lumiè­res pour­suit inexo­ra­ble­ment son repli et son recul.

Pour­tant ce ne sont pas les cris d’alarme qui ont man­qué pour aler­ter nos diri­geants sur la mon­tée des com­mu­nau­ta­ris­mes et les ris­ques de frac­tu­re de la socié­té (gra­ves émeu­tes de 2005 qui ont embra­sé la Fran­ce, atten­tats ter­ro­ris­tes de 2012 (Merah à Tou­lou­se et Mon­tau­ban) ceux de Paris en Jan­vier et octo­bre 2015 au Bata­clan, de Nice le 14 juillet 2016, de Saint Étien­ne du Rou­vray. Au total 235 Morts…

Aujourd’hui, face à tou­tes ces déri­ves, il convient de défen­dre nos valeurs, nos sym­bo­les (le Dra­peau, la Mar­seillai­se, notre devi­se), la lan­gue fran­çai­se, l’éducation, la laï­ci­té et de réta­blir la sécu­ri­té des conci­toyens, de com­bat­tre les com­mu­nau­ta­ris­mes et de tarir la prin­ci­pa­le sour­ce des migra­tions.

Nous devons tout fai­re pour stop­per la des­cen­te aux enfers, retrou­ver la gran­deur de la Fran­ce, dire Non à la repen­tan­ce, à la sou­mis­sion et Oui à la recon­quê­te !

Les par­tis, enfer­més dans leurs jeux cla­ni­ques et leurs concur­ren­ces d’intérêts, ne sont plus à mêmes de rem­plir leur rôle consti­tu­tion­nel qui est de concou­rir à l’expression de la démo­cra­tie.

Je le dis: C’EST DE VOUS, C’ EST DE NOUS QUE VIENDRA LE SALUT !

N’attendez pas le redres­se­ment de ceux qui nous ont menés aux bords de l’abîme. Sans nous, ce qu’ils n’ont pas su fai­re ou pas vou­lu fai­re hier, ils ne le feront pas davan­ta­ge demain.

C’est par la mobi­li­sa­tion des éner­gies civi­ques que nous nous retrou­ve­rons, fiers de ce que nous som­mes et de ce que l’Histoire com­me la volon­té de ceux qui nous ont pré­cé­dés a bâti. C’est par la mobi­li­sa­tion des éner­gies, que nous renoue­rons avec le des­tin d’une Fran­ce aux mil­le atouts aujourd’hui enfouis, une Fran­ce fidè­le à elle même mais ouver­te sur le mon­de, et fidè­le à ses allian­ces occi­den­ta­les. C’est par notre action mili­tan­te, déter­mi­née et emprein­te d’une volon­té sans faille, que nous pèse­rons et ferons enten­dre la voix du Pays.

Non, il n’existe pas de fata­li­té du déclin. Il n’y a de fata­li­té que dans le renon­ce­ment.

Patrio­tes, c’est à vous que je m’adresse aujourd’hui. D’où que vous veniez, quels que soient votre ori­gi­ne, vos convic­tions reli­gieu­ses ou phi­lo­so­phi­ques, vos choix poli­ti­ques et vos par­cours, rejoi­gnez nous! Ensem­ble for­mons la gran­de chaî­ne de l’unité natio­na­le et civi­que au des­sus des par­tis avec pour but uni­que le salut de la Fran­ce et son rayon­ne­ment dans le mon­de.

A pré­sent, nous le savons tous, il est temps de ser­rer les rangs et de s’unir pour ne pas subir.

Oui, j’en suis convain­cu, du plus pro­fond de la Nation jailli­ra tou­jours une flam­me que rien, ni per­son­ne ne pour­ra jamais étein­dre. Aus­si, mal­gré son affai­blis­se­ment, la Fran­ce vit tou­jours et va se réveiller.

Alors, je le répè­te, rejoignez-nous pour réus­sir la sur­vie de notre beau pays et lui redon­ner sa fier­té et son hon­neur !

Pour le sau­ver et lui conser­ver son iden­ti­té, le seul recours est de le main­te­nir debout.

Oui, je vous le cla­me, la Fran­ce qui s’aime vous attend ! Que tous les Patrio­tes fiers d’être fran­çais s’unissent pour consti­tuer le fer­ment, le ciment, la clé de voû­te d’une Fran­ce qui a long­temps été le pha­re du mon­de et qui doit le rede­ve­nir.

Alors Debout La Fran­ce, Debout les Patrio­tes ! Par­ce que c’est Debout que l’on écrit l’Histoire !

Et pour tou­jours ! Vive la Fran­ce.

Géné­ral Chris­tian PIQUEMAL
Pré­si­dent du Cer­cle de « Citoyens-Patriotes »

Ver­sion PDF pour dif­fu­sion

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page