De l’attentat du 26 juillet

La France à nouveau frappée par le terrorisme islamiste barbare….

Après le Bataclan (130 morts et 230 blessés) le 13 novembre 2015, Nice (84 morts et 300 blessés) le 14 juillet 2016, le Père Jacques Hamel  85 ans a été égorgé mardi 26 juillet matin lors d’une prise d’otages dans son église de Saint-Étienne-du-Rouvray, près de Rouen,  alors qu'il célébrait la messe. Un autre otage a été grièvement blessé.

Comme à Paris et à Nice, cet odieux et ignoble attentat  a été revendiqué par l’organisation État islamique (EI) et perpétré par deux djihadistes dont l’un avait été mis en examen  pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et placé en détention provisoire, avant d’être libéré sous bracelet électronique.

Alors qu'après la tuerie les terroristes tentaient de sortir de l’Église, les policiers de la Brigade de Recherche et d’Intervention (BRI) de Rouen et de la Brigade anti-criminalité (BAC) locale  les ont abattus. Nous les félicitons pour leur courage et leur efficacité.

Ce nouvel attentat suscite la consternation, la colère et l'indignation. Homme bon, simple, doux, profondément humain, le Père Hamel,  apprécié par tous,  a payé de sa vie son engagement total.

Manifestement les terroristes islamistes s'en prennent à la fois à la France laïque et à la France catholique. Il devenait hélas logique que, tôt ou tard, un prêtre en fût la victime. Après la tentative manquée à Villejuif (Val-de-Marne) en 2015, malheureusement  l'attentat, près de Rouen, a réussi.

Ce nouvel attentat ne peut que radicaliser l'opinion publique déjà profondément choquée et déstabilisée par  le carnage de Nice.

Il convient que les pouvoirs publics prennent la mesure de la guerre qui se déroule sur notre sol et  assurent de manière impérative la sécurité légitime des Français.

Les paroles, les engagements ne suffisent plus. Seules des actions concrètes et fortes peuvent restaurer la confiance des citoyens et abattre le terrorisme islamiste. Le code pénal actuel adapté au temps de paix ne convient plus quand le pays est en guerre. Il faut donc le modifier très vite. D'autres mesures, compatibles avec l'état de droit, peuvent et doivent être prises rapidement.

Aujourd'hui la France menacée et frappée dans sa chair doit réagir vite pour éradiquer le fléau du terrorisme islamiste et éliminer les tueurs potentiels aux ordres de L’État islamique.

Puisque la France est en guerre, il faut désigner clairement l'ennemi et le vaincre. Tous les moyens humains et matériels doivent être déployés pour y parvenir.

Que tous les Patriotes du CCP soient vigilants et prêts à défendre notre pays en péril mortel.

Face au terrorisme aveugle, nous devons résister et nous défendre. Soyons prêts !

Christian PIQUEMAL,
Président du CCP

Version PDF




Nous nous souviendrons…

Version PDF




Assez !

Communiqué du CA du CCP du 16 juillet 2016 :

Encore une fois, la France est le théâtre d'une nouvelle tuerie, résultat, à l'évidence, d'un manque de précaution et de mise en œuvre de moyens minima ; un carnage : au moins 84 morts dont 10 enfants et plus de 200 blessés !

Le peuple de France crie, hurle "assez" !

Assez de complaisance à l'égard de l'ennemi ; celui-ci est désormais, enfin, officiellement désigné, identifié, par Monsieur HOLLANDE, et pourtant depuis longtemps dûment fiché par nos services de renseignement...

Cet ennemi doit être, sans état d'âme, ni délai, neutralisé, admis en des lieux de rétention. Oui ! N'ayons pas peur des mots ! Ces islamistes doivent être traités comme des prisonniers de guerre, puisque guerre il y a...

Les frontières doivent être rigoureusement contrôlées et toute entrée sur le territoire doit être minutieusement examinée.

Toutes les mosquées salafistes et d'autres obédiences islamiques radicales doivent être immédiatement fermées et leurs responsables inculpés et écroués. Toutes les alliances avec les pays inspirateurs de cette "religion" de haine et de mort doivent être rompues.

Les partis politiques musulmans français doivent être interdits.

Le droit du sol et la double nationalité doivent faire l'objet d'un débat parlementaire pour clarifier les situations préoccupantes.

Il y a urgence !

Assez de bla-bla, assez de ces commissions d'enquête parlementaires dont les conclusions, recommandations, ne sont jamais suivies d'effet !

Assez de félicitations à ceux qui sont sur le terrain pour agir ; ils ne les demandent pas. Ils attendent que les responsables politiques donnent des ordres clairs et des moyens.

A quoi sert la prolongation de l'état d'urgence, si, à chaque manifestation, il faut prendre des mesures encore plus exceptionnelles alors que les auteurs potentiels d'attentats restent eux en liberté, continuant à prêcher leur idéologie mortifère ?

Le Cercle de "Citoyens-Patriotes" demande solennellement à ceux qui sont en charge de l'Etat de prendre enfin leurs responsabilités.

Avertissement sans frais ! La marmite est en ébullition, attention à l'explosion !

*




Décès d’un soldat du feu

Une nouvelle fois, un homme, un soldat combattant du feu, a été victime du devoir le 13 juillet, lors de l'intervention sur un incendie qui ravageait une partie du département de l' Aude.

Le Cercle de "Citoyens-Patriotes" s'incline respectueusement devant la dépouille de ce soldat de la nation.

Que sa famille et ses amis trouvent ici l'expression de toute notre gratitude et de nos condoléances les plus attristées.

Que son âme repose en paix, avec la satisfaction du devoir accompli.


Le conseil d'administration
*