De l’attentat du 26 juillet

image_pdfimage_print

La France à nou­veau frap­pée par le ter­ro­risme isla­miste bar­bare….

Après le Bata­clan (130 morts et 230 bles­sés) le 13 novembre 2015, Nice (84 morts et 300 bles­sés) le 14 juillet 2016, le Père Jacques Hamel  85 ans a été égorgé mardi 26 juillet matin lors d’une prise d’otages dans son église de Saint-Étienne-du-Rouvray, près de Rouen,  alors qu’il célé­brait la messe. Un autre otage a été griè­ve­ment blessé.

Comme à Paris et à Nice, cet odieux et ignoble atten­tat  a été reven­di­qué par l’organisation État isla­mique (EI) et per­pé­tré par deux dji­ha­distes dont l’un avait été mis en exa­men  pour asso­cia­tion de mal­fai­teurs en lien avec une entre­prise ter­ro­riste et placé en déten­tion pro­vi­soire, avant d’être libéré sous bra­ce­let élec­tro­nique.

Alors qu’après la tue­rie les ter­ro­ristes ten­taient de sor­tir de l’Église, les poli­ciers de la Bri­gade de Recherche et d’Intervention (BRI) de Rouen et de la Bri­gade anti-criminalité (BAC) locale  les ont abat­tus. Nous les féli­ci­tons pour leur cou­rage et leur effi­ca­cité.

Ce nou­vel atten­tat sus­cite la conster­na­tion, la colère et l’indignation. Homme bon, simple, doux, pro­fon­dé­ment humain, le Père Hamel,  appré­cié par tous,  a payé de sa vie son enga­ge­ment total.

Mani­fes­te­ment les ter­ro­ristes isla­mistes s’en prennent à la fois à la France laïque et à la France catho­lique. Il deve­nait hélas logique que, tôt ou tard, un prêtre en fût la vic­time. Après la ten­ta­tive man­quée à Vil­le­juif (Val-de-Marne) en 2015, mal­heu­reu­se­ment  l’attentat, près de Rouen, a réussi.

Ce nou­vel atten­tat ne peut que radi­ca­li­ser l’opinion publique déjà pro­fon­dé­ment cho­quée et désta­bi­li­sée par  le car­nage de Nice.

Il convient que les pou­voirs publics prennent la mesure de la guerre qui se déroule sur notre sol et  assurent de manière impé­ra­tive la sécu­rité légi­time des Fran­çais.

Les paroles, les enga­ge­ments ne suf­fisent plus. Seules des actions concrètes et fortes peuvent res­tau­rer la confiance des citoyens et abattre le ter­ro­risme isla­miste. Le code pénal actuel adapté au temps de paix ne convient plus quand le pays est en guerre. Il faut donc le modi­fier très vite. D’autres mesures, com­pa­tibles avec l’état de droit, peuvent et doivent être prises rapi­de­ment.

Aujourd’hui la France mena­cée et frap­pée dans sa chair doit réagir vite pour éra­di­quer le fléau du ter­ro­risme isla­miste et éli­mi­ner les tueurs poten­tiels aux ordres de L’État isla­mique.

Puisque la France est en guerre, il faut dési­gner clai­re­ment l’ennemi et le vaincre. Tous les moyens humains et maté­riels doivent être déployés pour y par­ve­nir.

Que tous les Patriotes du CCP soient vigi­lants et prêts à défendre notre pays en péril mor­tel.

Face au ter­ro­risme aveugle, nous devons résis­ter et nous défendre. Soyons prêts !

Chris­tian PIQUEMAL,
Pré­sident du CCP

Ver­sion PDF

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Bienvenue !

image_pdfimage_print

(par Chris­tian PIQUEMAL)

 

Depuis 30 à 40 ans, la classe poli­tique diri­geante dans son ensemble, de droite comme de gauche, entraîne le déclin et la déca­dence de la France et pro­voque sa des­truc­tion pro­gres­sive.

Elle refuse d’écouter le peuple et nie les réa­li­tés d’une nation à la dérive qui fuit le réel, s’enferme par lâcheté dans une nou­velle forme de sou­mis­sion et de tota­li­ta­risme. Ce com­por­te­ment pro­voque son dis­cré­dit et son rejet ainsi qu’une très forte abs­ten­tion des citoyens.

Nous assis­tons à la perte des valeurs, des repères, à l’abandon de l’identité natio­nale, de l’histoire, de l’héritage, de la culture, des racines de la France, à l’oubli du passé et du des­tin com­mun.

Tout cela lié à une insé­cu­rité gran­dis­sante, un ensei­gne­ment sco­laire orienté, un chô­mage mas­sif, une pau­pé­ri­sa­tion crois­sante des citoyens, une dés­in­for­ma­tion sys­té­ma­tique des médias, à la pré­émi­nence du poli­ti­que­ment cor­rect et de la pen­sée unique, à la désa­gré­ga­tion de la famille, socle de la société, à l’affaiblissement du lien Armées Nation, etc.

Nous consta­tons une immi­gra­tion mas­sive de peu­ple­ment et de rem­pla­ce­ment, des aban­dons de sou­ve­rai­neté, une isla­mi­sa­tion ram­pante et pro­gres­sive. Par­tout le souci abu­sif de la repen­tance, du recul, de la contri­tion et du remords s’impose. Nous déve­lop­pons la détes­ta­tion de notre mémoire, nous assis­tons à la perte de la fierté d’être Fran­çais.

La France des Lumières, long­temps phare du monde, pour­suit inexo­ra­ble­ment son repli et son recul.

Pour­tant ce ne sont pas les cris d’alarme qui ont man­qué pour aler­ter nos diri­geants sur la mon­tée des com­mu­nau­ta­rismes et les risques de frac­ture de la société (graves émeutes de 2005 qui ont embrasé la France, atten­tats ter­ro­ristes de 2012 (Merah à Tou­louse et Mon­tau­ban) et de Jan­vier 2015 à Paris (Char­lie hebdo et épi­ce­rie casher de Vin­cennes)

Aujourd’hui, face à toutes ces dérives, il convient de défendre nos valeurs, nos sym­boles (le Dra­peau, la Mar­seillaise, notre devise), la langue fran­çaise, l’éducation, la laï­cité et de réta­blir la sécu­rité des conci­toyens, de com­battre les com­mu­nau­ta­rismes, etc.

Nous devons tout faire pour stop­per la des­cente aux enfers, retrou­ver la gran­deur de la France, dire Non à la repen­tance et Oui à la recon­quête !

L’objectif prin­ci­pal de notre asso­cia­tion est de réunir tous les Fran­çais, quelles que soient leurs ori­gines, leurs opi­nions et leurs croyances, qui aiment la France et ont envie de pré­ser­ver sa place et son rayon­ne­ment.

Comme en 1940, il est temps de se sou­ve­nir de l’appel du Géné­ral de Gaulle, encore d’actualité aujourd’hui :

« Nous sommes des Fran­çais de toutes ori­gines, de toutes condi­tions, de toutes opi­nions, qui « avons décidé de nous unir dans la lutte pour notre pays. »
« Cha­cun de nous est le seul à connaître, dans le secret de son cœur, ce qui lui en a coûté. « Mais c’est d’une telle abné­ga­tion, autant que d’une telle adhé­sion que nous tirons notre « force. »

Nous sommes aussi convain­cus que du plus pro­fond de la Nation jaillira tou­jours une flamme que rien, ni per­sonne ne pourra jamais éteindre.

Alors rejoignez-nous pour réus­sir la sur­vie de notre beau pays !

La France qui s’aime vous attend !

Logo du CCP

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page